Togo : Le gouvernement prévoit des alcootests sur les routes dès lundi 16 décembre

0
312
Le Ministre Yark montrant l’appareil du test d’alcoolémie

Lundi 16 décembre 2019, c’est la date annoncée par le ministre de la sécurité et de la protection civile Yark Damehame jeudi à Lomé pour soumettre les usagers de la route à des tests d’alcoolémie sur l’ensemble des routes du pays. D’après le ministre qui se base sur les indications de l’OMS selon lesquelles le taux normal d’alcool dans le sang serait de 0,5%. Les usagers de la route devront s’en tenir à cette mesure avant d’engager la conduite de quelqu’engin que ce soit à partir de du lundi. Les conducteurs d’ont les tests révéleront un taux supérieur à celui indiqué par l’OMS seront sanctionner par une amande de 10 000 F CFA à indiqué le ministre.

Une autre date importante à retenir, le 30 Avril 2020, date annoncée par le gouvernement pour lancer des contrôles systématiques relativement au permis catégorie A sur toute l’étendue du territoire togolais.

Le gouvernement tient à ces deux mesurent pour réduire considérablement les accidents de la circulation générées en grand nombre par les engins à deux roues (57,48%). « Ces mesures doivent conduire à réduire les accidents sur nos routes », a déclaré le ministre Yark de la sécurité.

C’est  informations ont été données par le ministre de la sécurité à l’occasion d’une conférence de presse dont il a présidé les travaux en présence des acteurs de la route et des membres du gouvernement pour faire le point de la situation sécuritaires des cinq derniers mois dans le pays.

Selon la présentation faite, on constate une baisse sensible des accidents ces derniers mois.

Le tableau présenté fait état de 1 757 accidents qui se sont soldées par 181 morts contre 2 420 blessés sur la période du 1er août au 30 novembre 2019 avec une implication de 1 395 engins à deux roues qui ont généré 43% des morts (78).

Ces chiffres font passer l’affiche générale des accidents sur l’ensemble des routes togolaises à 4 935 cas d’accidents ayant entraîné 535 morts avec 628 blessés pour le compte de l’année 2019 contre un total de 5814 cas d’accidents ayant entraîné 592 morts avec 7951 blessés en 2018.

Comme toujours, les causes liées à ces accidents sont les dépassements défectueux, l’excès de vitesse, les défauts de maîtrise, le non-respect des feux tricolores et les refus de priorité.

Les axes routiers les plus accidentogènes identifiés au cours de ces derniers mois sont la nationale N°1 : tronçon Notsè-Wahala (63 accidents avec 18 morts), Lomé et ses environs : 56 accidents avec 17 morts recensés, la nationale N°5 : Lomé-Kpalimé (43 accidents recensés pour 16 morts), la nationale N°1 : dans la ville de Tsévié (18 accidents et 8 morts), la nationale N°4 : tronçons Aného-Anfoin (15 accidents avec 8 morts, la nationale N°2 tronçon Lomé-Aného : 13 accidents avec 9 morts, puis la nationale N°1 tronçon Atakpamé-Anié ou on dénombre 15 accident qui se sont soldés par 4 morts.

Reporterdafrique  

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here