Côte d’Ivoire : Affaire Ouattara-Soro, les derniers signes d’un bras de fer sanglant ?

0
2098

Depuis quelques temps déjà, les esprits bien avisés ne cessent d’interpeller l’ opinion sur la pante très glissante et dangereuse sur laquelle Alassane Outtara place la Côte d’Ivoire pour des intérêts personnels relativement aux prochaines élections présidentielles dans le pays. Les actes se multiplient de jour en jour et les lignes deviennent de plus en plus rouges en République de Côte d’Ivoire. Les médias ivoiriens s’intéressent, ce jeudi 16 janvier 2020, à la grâce accordée à 3 155 détenus, l’offensive contre Guillaume Soro et ses hommes, l’arrestation du grade du corps de Wattao et le survol du domicile de Denis Kah Zion, membre du secrétariat exécutif du PDCI-RDA et maire de Toulepleu des signes certes avant coureurs des lendemains incertains pour la Côte d’Ivoire .

En effet, plusieurs décisions ont été prises,le mercredi 15 janvier 2020, dans de nombreux secteurs au cours du 2ème Conseil des ministres de l’année présidée par Alassane Ouattara. Parmi ces décisions, il y a celle qui concerne la justice. En effet, le président de la République a accordé une grâce collective à 3 155 détenus.

« Ouattara accorde une grâce collective à 3 155 détenus », barre à sa Une, Fraternité Matin, le quotidien progouvernemental.

Pour sa part, Le Mandat revient sur cette grâce présidentielle et donne des détails sur « Ceux qui sont concernés ». Selon le Journal, le porte-parole du gouvernement, Sidi Touré, a donné des détails sur le type de prisonniers concernés par cette mesure. « Cette mesure ne vise que les délinquants ayant commis des infractions sans gravité. Elle exclut les détenus en situation de récidive ainsi que les personnes détenues en exécution d’une condamnation pour des faits qualifiés d’infractions militaires, de crime, de détournement de deniers publics, de trouble à l’ordre public, de détention illégale d’arme à feu de la première catégorie et d’homicide involontaire ayant occasionné plus d’un mort ».

Pour Le Quotidien d’Abidjan, ‘’le régime libère des criminels, pro-Gbagbo et pro-Soro non concernés’’.

Autre sujet abordé par les médias ivoiriens, le survol à Abidjan du domicile de Denis Kah Zion, maire PDCI de Toulepleu, par un drone.

A en croire Le Quotidien d’Abidjan qui parle de « tentative d’intimidation de l’opposition », « Kah Zion dénonce une menace sur sa sécurité » : « Ma résidence sise à Cocody-Riviera a été survolée ce jour 15 janvier 2020 de 13h10 à 13h15 par un drone. Après avoir naturellement filmé tout ce qu’il y avait à filmer, le drone a pris la direction de l’immeuble du voisin appartenant à un ponte du RHDP et a disparu. Reparti dons d’où il est venu », rapporte le confrère.

Le Temps ne dit pas autre chose. Selon le confrère qui évoque des ‘’menaces contre les opposants’’, ‘’la résidence de Kah Zion survolée par un drone’’.

Pendant que Kah Zion dénonce ce fait, la traque contre Guillaume Soro par le pouvoir d’Abidjan se poursuit. En effet, Le Quotidien d’Abidjan nous apprend que ‘’Des documents compromettants (ont été) volés au siège du GPS’’, mouvement dirigé par l’ex-président de l’Assemblée nationale tombé en disgrâce auprès du régime Ouattara.

Selon le confrère, la porte-parole de la délégation de Générations et peuples solidaires (GPS) de Côte d’Ivoire, Simone Kadio Morokro, dénonce l’intrusion illégale de la police au siège de GPS. Cette scène s’est produite le lundi 13 janvier 2020, à Cocody Riviera-Golf où « des ordinateurs portables, des imprimantes, des disques durs externes, des clés USB, des fiches vierges d’inscription à GPS, des jouets préparés pour célébrer Noel avec les enfants démunis, des boitiers wifi ont été subtilisés ». Le confrère rapporte que « les porte-documents contenant des effets personnels des défunts Me Fakhy Konaté et Lambert Métahapena ont été dérobés par ces policiers indélicats »

Toujours à propos de Soro, à en croire L’Expression, Alpha Blondy affirme que « Le chemin emprunté est maladroit et dangereux pour lui ».

Au moment où la traque contre le chef de l’ex-rébellion continue, Soir Info annonce l’arrestation d’un garde du corps de Ouattara Issiaka dit Wattao, ancien chef de guerre décédé dans la nuit du 5 au 6 janvier 2020.

Selon le confrère, ‘’alors qu’il faisait d’un pistolet, son joujou dans un maquis à Cocody Angré, au nom évocateur, « le Fokker 100 », un garde du corps de feu le colonel-major Issiaka Ouattara dit Wattao a été coincé et mis aux arrêts par des éléments du Centre de coordination des décisions opérationnelles (CCDO) ». Soir Info précise que « les faits ont eu lieu, le dimanche 5 janvier 2020, quelques heures avant l’annonce officielle du décès de l’ancien Com’zone »

Par ailleurs, la presse ivoirienne est revenue sur l’opération de déguerpissement qui a court à Adjouffou, autour de l’aéroport, dans la commune de Port-Bouët.

Reporterdafrique, Source: Linfodrome

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here