Carte des scores 2020 de la MCC, encore une bonne nouvelle pour le Togo

0
153
Photo

Les gouvernants togolais ont partagé une bonne nouvelle avec les professionnels de médias ce mercredi 13 novembre 2019 à Lomé au cours d’une rencontre d’échanges en présence du comité sectoriel du Millenium Challenge Corporation MCC qui n’est à sa 17ème édition et prenant en compte 80 Etats au monde.

Les travaux dirigés par le Coordonnateur National Stanislas Baba, ont  également enregistré la présence de la ministre conseillère en charge du climat des affaires et coordonnateur adjoint de la cellule Sandra Ablamba Johnson. Au centre des échanges, les nouvelles réalisations du pays en matière d’amélioration des condition de vie et de travail des concitoyens selon les critères de validation du Millénium Challenge Corporation( MCC) à travers la cartes de scores 2020.

A en croire les premiers responsables de la cellule  MCA, le Togo valide quatorze (14) indicateurs pour la 2ème année consécutive selon la carte des Scores 2020 de la (MCC) publié le 1er novembre 2019 au titre de l’année fiscale 2020.

La validation des critères de performance dans les domaines de l’investissement dans le capital humain, l’encouragement de la liberté économique, et celui de la bonne gouvernance, ont entre autres permis au Togo d’être éligible cette année selon les deux ministres.  Dans le domaine de la bonne gouvernance, le Togo a validé les indicateurs concernant le Contrôle de la corruption, la liberté d’information, les libertés civiles et l’Etat de droit.

Relativement à l’investissement dans le capital humain, les dépenses dans l’éducation primaire, le Taux d’achèvement des filles au cycle primaire, la protection des ressources naturelles. Pour ce qui concerne la liberté économique, les indicateurs validés concernent l’inflation, la politique budgétaire, la qualité de la réglementation, le genre dans l’économie, le droit foncier, l’accès au crédit et la création d’entreprise.

En outre, on fait savoir que le pays satisfait pour la 4ème année consécutive les trois critères d’éligibilité au programme Compact à savoir : la validation de l’indicateur « contrôle de la corruption », la validation d’au moins un des indicateurs de droits démocratiques (droit politiques et libertés civiles) et la validation de la majorité des vingt (20) indicateurs avec au moins un indicateur au vert dans chaque catégorie. Pour M. Baba, ce progrès remarquable est réalisé avec les différentes reformes effectuées grâce à la volonté politique des plus hautes autorités du pays. « Le président de la république attache un grand prix au changement structurel et au changement transformationnel de notre pays avec comme ultime objectif de réduire la pauvreté. C’est à cela que nous aussi nous sommes engagés, puisque le MCC travaille à la réduction de la pauvreté », a-t-il déclaré en félicitant les membres du comité sectoriel pour le grand travail abattu depuis 2015 pour l’amélioration sans cesse de ce score.

S’il en tenait à  la seule volonté des responsables de la cellule MCA-Togo, la célébration de ce score est également l’occasion d’analyser les indicateurs que le Togo n’a pas pu valider. En réalité selon la Cellule MCA-Togo, 15 indicateurs ont été validés au lieu de 14 s’il faut tenir compte des droits politiques.

Au vue des réformes institutionnelles et constitutionnelles opérées, l’organisation des locales, les législatives tenues grâce à la feuille de route de la CEDEAO, les critères de cet indicateur sont remplis. Ce qui a permis à la cellule d’amender les résultats de la MCC et de faire des revendications auprès de l’institution pour que cet aspect soit reconsidéré. Au regard des indicateurs non validés à savoir la politique commerciale, l’efficacité des pouvoir publics, dépenses pour la santé, le taux d’immunisation, la santé infantile, la cellule recommande que les actions soient poursuivies et intensifiées dans la lutte contre la corruption.

Elle exhorte également à poursuivre les actions entre autres pour trouver des solutions aux problèmes de la population carcérale régulièrement dénoncée à la prison civile de Lomé ; à assainir les finances publiques, à multiplier la campagne de vaccination contre la rougeole, à augmenter le budget  de la santé. « Nous nous engageons pour l’année qui vient à faire beaucoup mieux », a promis le coordonnateur Stanislas Baba.

Dans les perspectives, il est révélé que le Togo se prépare pour le démarrage de la mise en œuvre du programme Threshold dont la signature de l’accord de don a eu lieu le 14 février 2019 et nourrit l’espoir d’une sélection pour le programme Compact.

Reporterdafrique

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here