Pour le développement socio-économique du Togo, Prosper Pitcholo, pense « qu’il faut changer de modèle pour le reposer sur l’humain »

0
195
Dr Prosper Pitcholo, Président de Girolle Communications

” Aujourd’hui nous ne sommes pas égaux au Togo, certains peuvent se soigner, d’autres ne peuvent pas, et comment voulez-vous que celui-là qui est exclu de tout aime ce pays comme vous qui avez tout vous l’aimez ? C’est une réaction humaine, celui qui reçoit peu aime peu celui qui reçoit beaucoup aime beaucoup et si nous voulons que notre pays crée des emplois et agisse sur les indicateurs, il faut qu’on repose l’économie sur l’humain” ceux sont là des mots de Dr Prosper Pitcholo.

Dans un pays où 53% de la population vit sous le seuil de la pauvreté et où l’accès aux services sociaux de base reste limité: 29 % de la population vit à plus de 5 kilomètres d’une structure de santé et 38,2 % n’a pas accès à l’eau potable selon le PNUD, la situation socio-économique du Togo portée notamment par le chômage et la pauvreté au sein de la population reste préoccupante à  Girolle communications, une entité dirigée par son président Dr Prosper Pitcholo, médecin vétérinaire de formation et spécialiste en économie du développement.

En conférence de presse jeudi 14 novembre 2019 à Lomé, une manière d’ailleurs pour lui d’apporter sa pierre à la construction de l’édifice nationale, ce togolais qui a travaillé pendant plusieurs années chez statistiques-Canada, revenu enfin au bercail a exposé sa vision pour le développement socio-économique de son pays le Togo.

« Organiser un pays en mesure de prendre en charge toute sa population » est la principale préoccupation du Docteur qui fait des propositions pour un Togo où tous les citoyens se sentent concernés par la redistribution des biens et services de l’Etat.

Dans un exposé présenté devant la presse, l’homme démontre qu’un développement socio-économique est possible au Togo à moyen et à long termes avec une nouvelle organisation socio-économique si les dirigeants posent leurs politiques de développement sur le capital humain à travers une différente organisation.

Et pour y parvenir, le conférencier  explique « qu’il faut une organisation qui va de la base au sommet en passant nécessairement par une restructuration du territoire ».

« Dans les modèles des pays qui sont organisés autour de la population, vous allez voir que la moitié du budget vient du travail que les gens font. Ça veut dire que l’Etat est capable d’offrir les services aux contribuables partout sur le territoire. C’est nous qui payons pour faire fonctionner toutes les institutions de ce pays, il n’y a pas de raison que nous soyons exclus, donc il faut changer de modèle pour le reposer sur l’humain et pour cela, il faut une autre organisation qui va de la base», a partagé Prosper Pitcholo.

Ainsi, à en croire Prosper Pitcholo, pour ce qui est du moyen terme, le Togo peut prendre en charge toute sa population à travers ses programmes, améliorer le niveau de vie et la situation des droits de l’homme, favoriser la création de nouveaux métiers et se développer par le travail de toute sa population.

Relativement au long terme, le visionnaire estime que le pays sera en mesure d’améliorer la santé de tous ainsi que   l’espérance de vie qui est malheureusement à 4,6% à ce jour, offrir la retraite à tous les travailleurs dans le temps, et établir un flux  régulier entre les retraités et les jeunes diplômés.

Reporterdafrique

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here