Togo : Réparation, le HCRRUN pose ses valises à Djéréhouyé (communiqué)

0
153
Photo; Awa Nana Daboya, Présidente du HCRRUN

Le Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN) a procédé au lancement officiel des réparations communautaires et collectives ce samedi 16 novembre 2019 à Djéréhouyé, à une dizaine de kilomètres à la sortie nord d’Atakpamé.

La Présidente du HCRRUN, Mme Awa Nana Daboya a officiellement lancé ce volet du programme de réparations conformément à la recommandation 54 de la CVJR en présence du Représentant du Ministre de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales, des Autorités Administratives, des députés et des élus locaux de la préfecture de l’Ogou, des Préfets Chefs traditionnels des préfectures de la région des Plateaux.

Ce volet de la mission du HCRRUN va consister à aider les communautés en conflit à surmonter leurs différends notamment par la réalisation de projet de développement d’intérêt commun. Ces projets seront conçus avec l’implication effective de toutes les composantes des communautés concernées.

Des rencontres seront organisées sous forme de séances d’écoute et de discussions avec les représentants des différents groupes sociaux en conflits, les autorités administratives, traditionnelles, religieuses et les élus de ces différentes communautés, ainsi que de divers groupes sociaux dont ceux des jeunes et des femmes.

La localité de Djéréhouyé a été retenue pour ce lancement en raison des conflits communautaires qu’elle connait et pour lesquels le HCRRUN est déjà intervenu pour apaiser les tensions.

NOTE : Recommandation 54 : « La CVJR recommande que des réparations communautaires et collectives soient privilégiées dans le cas de conflits intercommunautaires et de déplacements de populations. Ces réparations qui peuvent prendre la forme d’œuvre d’utilité publique ou de projets de développement doivent être distinguées de projets ordinaires de l’Etat. En outre la CVJR recommande qu’une attention particulière soit accordée aux problèmes fonciers, à la chefferie traditionnelle et aux abus d’autorité qui sont souvent à la base de ces conflits intercommunautaires. La CVJR recommande enfin que là où les conditions le permettent, des actions de réconciliation traditionnelle ou de médiation soient menées en vue de rétablir la cohésion entre les groupes sociaux en conflit ».

Communiqué du HCRUN

Reporterdafrique

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here