L’approche « Une seule santé » au cœur d’une réunion technique de concertation pour l’Afrique de l’Ouest à Lomé

0
179
Photo: Ouverture des travaux

Selon des experts de la santé mondiale, nombreuses sont les maladies épidémiques à créer des crises sanitaires menaçant la sécurité alimentaire avec des impacts considérables sur la production agricole  dans les différentes régions du monde ces dernières années.

On se rappelle qu’en Afrique de l’Est en 1997, l’épidémie de la fièvre de la vallée du Rift avait entraîné en seulement trois mois, 90 000 malades et près de 500 décès chez les Hommes avec de nombreux décès parmi les animaux,  entraînant ainsi des difficultés économiques au sein de la société.

Aussi, se souvient-on pour ne citer que celles-ci, des ravages causés par la fièvre hémorragique à virus Ébola indexée pour être responsable de la destruction de plus de 11 000 vies en Afrique de l’ouest plus particulièrement en Guinée, au Liberia et en Sierra Léone entre les années 2014 et 2016.

Face à la menace de la santé publique et à titre préventif, la lutte contre les zoonoses pour sauver des vies humaines et animales nécessite selon les experts, la mise en place d’approches intersectorielles et multidisciplinaires prenant en compte les liens étroites existants entre la santé humaine et animale. C’est ainsi que le concept  dit « Une seule santé » qui est une approche intégrée de la santé axée sur la prise en compte des interactions entre les animaux, les humains et leurs différents environnements a été initiée et institutionnalisée dans les régions du monde et en Afrique de l’ouest. « d’importantes lacunes subsistent dans l’institutionnalisation de l’approche au niveau des pays en particulier et de la région ouest africaine en général. L’évaluation conduite en 2018 par l’OMS dans les 7 pays de la sous-région bénéficiant du projet REDISSE pays à savoir la Guinée, le Sénégal, la Sierra Léone, et le Togo a mis en exergue les difficultés à mettre en œuvre l’approche de manière efficace », a partagé Dr Davi Kokou Mawule Représentant Fatoumata Binta Diallo, Représentante Résident de l’OMS au Togo.

En vue de renforcer sa mise en œuvre dans l’espace ouest africain pour des actions de prévention et de riposte conjointes régionales et nationales, une réunion technique de concertation des Etats de la CEDEAO s’est ouverte en présence des autorités togolaises ce lundi 28 octobre 2019 à Lomé la capitale togolaise à l’initiative l’organisation ouest africaine de la santé OOAS et le centre régional de la santé animale (CRSA) en collaboration avec leur partenaires notamment l’organisation mondiale de la santé OMS.

Cette rencontre de Lomé qui se tient dans le cadre du projet régional de renforcement des systèmes de surveillance des maladies en Afrique de l’ouest (REDISSE) et qui a cours jusqu’au 30 octobre, permettra dans une perspective d’interventions conjointes aux coordonnateurs nationaux, points focaux de la santé humaine, et experts venus de 15 Etats de faire l’état des lieux du mécanisme de coordination de l’approche « Une seule santé » au niveau national, voir communautaire ; d’identifier les insuffisances, les besoins, les défis, les solutions éventuelles, les possibilités de synergies ainsi que les opportunités qui existent dans le contexte du développement dural des mécanismes nationaux de l’approche « Une seule santé » ; et de partager les expériences les leçons apprises et les bonnes pratiques en matière de mise en places des mécanismes nationaux de coordination des approches.

Reporterdafrique    

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here