Togo : Une première, des détenus passent leur examen CFA à la prison civile de Lomé

0
511
Photo: Promoteurs et autorités à l’ouverture des épreuves

C’est une première dans l’histoire des prisons togolaise à en croire les premiers responsables de l’administration pénitentiaire du pays.

Des détenus ont débuté ce mardi leur examen de fin d’apprentissage à la prison civile de Lomé, une évaluation qui sera sanctionnée par un Certificat de Fin d’Apprentissage (CFA).

Jusqu’au jeudi 5 septembre prochain, ils sont environ 23 candidats de tous les genres à se mesurer aux épreuves dans les spécialités de la couture et de la coiffure Homme, dame, ainsi que le tissage de pagne traditionnel après une durée de 9 mois d’apprentissage dans l’enceinte de la prison civile de Lomé.

Le parcours n’a pas été facile ni pour les formateurs ni pour les apprenants mais le courage et la bonne volonté des uns et des autres a permis d’arriver à ce jour d’examen selon les formateurs.

« Ça a été quelque chose de très dur pour nous au début parce qu’il arrive des fois que les détenus apprentis ne soient pas à l’aise avec les difficultés de la vie en prison notamment les soucis liés aux besoins en nourritures  mais par la grâce de Dieu nous sommes arrivés », a témoigné Thyérie Gbédévi Nukunu, un des formateurs.

L’exercice qui a démarré sous le regard des plus hautes autorités de l’administration pénitentiaire du et de l’enseignement technique et professionnelle du Togo pour une première fois ne compte pas s’arrêter en si beau chemin.

« C’est une première fois qu’il est organisé un examen de fin d’apprentissage pour des détenus qui sont là et c’est une joie pour nous que des initiatives puissent aboutir à l’organisation de cet examen pour la première fois au Togo. S’est dans un premier temps réjouit », Idrissou Akibou, Directeur de l’administration pénitentiaire du Togo avant d’ajouter que « Nous avons entrepris des démarches qui ont abouti avec nos partenaires de sorte que les détenus en formation au niveau de nos prisons ne vont pas finir leur peine comme ils étaient venus. Ils vont sortir de la prison avec un métier en main et cela permettra de limiter la récidive. Nous ne pouvons que leurs souhaiter bonne chance et que l’initiative perdure ».

C’est une action à l’actif d’un consortium composé d’Handicape internationale, de l’Agence Nationale d’Assainissement et de Salubrité Publique (ANASAP) et l’ONG village renaissance, initiative qui  s’enregistre sur le compte du projet « Quartier d’avenir » relativement à son volet réinsertion professionnelle des prisonniers.

« Nous avons initié des ateliers de formation à l’intérieur de la prison civile de Lomé dans le cadre de ce projet qui prend fin en octobre prochain, parce que nous avons appris qu’il y a des formations qui ne sont sanctionnées d’aucun diplôme, ce qui démotive les prisonniers. Et donc nous avons sélectionné ces candidats selon leur détermination et leur motivation pour dire que déjà à la prison nous commençons leur réinsertion et à la sortie nous les suivons pour qu’ils puissent ouvrir leur propre atelier et être économiquement autonomes », a expliqué Amouzou Alolé Phillipes, Chef projet à Handicape international.

Reporterdafrique   

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here