Protection contre le risque financier en santé, l’OMS forme des experts à Lomé

0
145
(Photo), experts et autorités sanitaires à l’ouverture des travaux

Ils sont plusieurs dizaines d’experts de la santé venus de 5 États d’Afrique à prendre part à une formation portant sur la protection contre le risque financier en santé.

“La protection contre le risque financier en santé qui vise à minimiser les dépenses catastrophiques, est un pilier essentiel de la couverture santé universelle à la quelle tous les États membres ont souscrit et qui est reprise dans l’Objectif de Développement Durable ODD”, à déclaré Dr Fatoumata Binta Tidiane Diallo, Représentent de l’OMS au Togo.

En effet, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 100 millions de personnes sombrent dans la pauvreté chaque année pour avoir payé de leur propre poche des services de santé et environ 800 millions d’individus dans le monde sont sont exposés à une catastrophe financière en consacrant plus de 10%  du budget  de leur ménage aux soins de santé.

C’est dans la dynamique d’impacter significativement cette situation désastreuse en réponse aux besoins statistiques et stratégiques des décideurs que cette formation initiée par l’OMS s’est ouverte à partir de ce mardi 1 octobre 2019 et ce jusqu’au jeudi 4 octobre prochain.

Au cours des travaux, les participants venus du Bénin, du Cameroun, de Mali, de la Guinée et du Togo, entre autres préoccupations, passent en revue les concepts de la méthodologie et des techniques utilisées pour analyser les dépenses de santé en utilisant les bases de données des enquêtes les plus récentes conduites auprès des ménages, et s’occupent à organiser les bases de données pays dans un format exploitable par l’application utilisée et à produire quelques indicateurs de protection financière.

A terme, il est question pour l’institution en charge de la santé mondiale de constituer des pool d’experts nationaux  relativement à l’utilisation des méthodes d’estimations des indicateurs de protection financière en santé à travers ce renforcement de capacités nationales dans le suivi des progrès dans la mise en oeuvre de la couverture sanitaire universelle.

Rappelons que dans son nouveau programme général de travail, adopté par l’Assemblée mondiale de la santé en 2018, l’OMS vise atteindre 1 milliard de personnes supplémentaires bénéficiaires de couverture sanitaire universelle à l’horizon 2023.

Reporterdafrique

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here