Au Togo, le projet THIMO, donne du travail aux jeunes et consolide le vivre ensemble

0
107

Des institutions internationales à la quête d’emplois pour la jeunesse mondiale notamment la Banque mondiale accompagnent le Togo dans son élan de développement communautaire, notamment avec un fort soutien au Plan national de développement (PND).

Illustration

Le projet des Travaux à haute intensité de mains d’œuvre (Thimo) lancé depuis mai 2019 participe à la dynamique d’inclusion de la jeunesse visée par le gouvernement togolais à la recherche du bien être des populations notamment celles à la base.

C’est un cas d’école dont l’objectif selon le gouvernement est non seulement de lutter autant que faire se peut contre l’oisiveté des jeunes et femmes en milieu rural mais aussi permet aux jeunes d’être ensemble en vue de cultiver l’esprit de paix, d’amour, bref le vivre ensemble.

Il convient de rappeler que dans sa mise en œuvre, Thimo implique 14 000 jeunes Togolais, âgés de 18 à 35 ans et issus de 200 villages des 150 cantons les plus pauvres du Togo, sans distinction physique ou de niveau scolaire (handicapés ou non, déscolarisés ou non-scolarisés), sont ciblés et retenus pour cette composante caractéristique du volontariat communautaire, inscrit dans le projet « Opportunités d’Emploi pour les jeunes vulnérables (EJV).

Les jeunes ainsi engagés, perçoivent pendant chaque 10 jours de travail, et ce durant 04 mois, la somme de 15 000 FCFA et bénéficient de formations sur le développement des affaires et sur les compétences de vie.

A en croire les promoteurs, « à ce jour, 5.040 jeunes sur 7.720 déjà enregistrés dans 72 villages ont été sélectionnés par tirage au sort réalisé de façon participative, en assemblée villageoise. Les femmes occupent 58% du nombre total de jeunes sélectionnés, soit 2.909 sur les 5.040. Le processus d’identification des 8 960 jeunes restants est en cours dans les 128 villages qui n’ont pas encore tenu leurs assemblées de sélection des jeunes », a laissé entendre la Directrice générale, de l’Agence nationale d’appui au développement à la base (ANADEB) Mme Mazalo Katanga.

Dans son discours de lancement, le ministre en charge du développement à la base avait expliqué que les THIMO sont la version rurale du Volontariat d’engagement citoyen (VEC) piloté par l’Agence nationale de volontariat au Togo (ANVT). Sa grande particularité est qu’il cible les jeunes des milieux ruraux qui n’ont pas accès au programme de volontariat d’engagement citoyen qui se déroule dans les villes… Ces 14.000 jeunes vulnérables viennent rejoindre les 15.867 Volontaires d’engagement citoyen déjà mobilisés dans les villes du Togo à travers le programme de volontariat que pilote l’Agence nationale de volontariat au Togo (ANVT) depuis 2015.

On indique « qu’ au minimum 30.000 jeunes sont où seront ainsi engagés. Nous devons donc reconnaître et saluer l’engagement du Chef de l’Etat à apporter des réponses adaptées et ciblées à chaque catégorie de personnes, suivant leur besoin réel », a expliqué la ministre en charge du développement à la base Mme Victoire Tomegah Dogbé.

L’autorité avait saisi l’occasion pour exhorter les jeunes à préserver la paix dans toutes leurs actions ; paix sans laquelle, aucun développement n’est possible. « Cultivez le vivre-ensemble afin de pouvoir travailler main dans la main pour le développement de nos quartiers, de nos villages, de nos cantons, de nos préfectures et de notre chère patrie, le Togo. », avait-elle partagé.

Thimo est financé à hauteur de 5,1 milliards de francs CFA pour une durée de deux (02) ans.

Reporterdafrique

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here