Mali: (Urgent) Epidémie de fièvre crimée-congo, 14 cas suspects et 7 décès selon le ministère de la santé

0
440

Depuis le début de l’an 2020, l’actualité internationale connait une recrudescence en déchéance sanitaire. L’inquiétude gagne du terrain quant au cas de quelconques virus qui s’invitent dans les pays, via les différentes voies de transports en commun. La fièvre Crimée-Congo vient de déposer ses valises à Kera, dans la Région de Mopti au Mali.

Photo; Une des victimes atteintes de la maladie

Appelant à renforcer la surveillance épidémiologique, le Ministre de la Santé du Mali Michel Hamada Sidibé a fait écho de “14 cas suspects de fièvre hémorragique avec 7 décès notifiés le 02 Février 2020, dans le district sanitaire de Mopti, aire de santé de Korienze, village de Kéra» indique le Ministère de la Santé et des Affaires Sociales dans un communiqué rendu public mardi 11 février 2020.

Maladie zoonotique transmise par les tiques, la fièvre Crimée-Congo est caractérisée par une fièvre, des maux de tête et un malaise, suivis par des symptômes gastro-intestinaux et dans les cas sévères, par une hémorragie, un choc et une défaillance multiviscérale. Selon le Gouvernement dans le cas de diagnostic contre la propagation du virus, «Sur les 9 prélèvements de sang acheminés à l’Institut de Santé Publique trois (3) se sont révélés positifs”.

A traves  le communiqué rendu  public, le ministre malien de la Santé et des Affaires Sociales a expliqué que la fièvre Crimée-Congo “est une maladie hémorragique aiguë d’origine virale se transmettant à l’homme par la piqûre de tiques infectées, mais aussi par contact direct avec des tissus d’animaux contaminés immédiatement après l’abattage.” Cette précision invite à éviter toute manipulation d’animaux (vivants ou morts) pour une sensibilisation d’autoprévention, surtout qu’en matière de lutte contre les virus, l’on n’a pas encore dompter les frontalières aériennes, chemin par excellence de migration virale.

Les informations de ces dernières semaines étant dominées par la dégradation sanitaire à l’international en l’occurence en Chine avec le désastre Coronavirus, et pour un acte de civisme sanitaire, il est recommandé de se laver les mains avec du savon après les selles, avant et après les repas, voire après un contact avec un animal (domestique ou pas).

Rémi DAPLE, de Danané pour Reporterdafrique

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here