Santé reproductive : WILDAF-AO et ATBEF au coude-à-coude contre les grossesses précoces au Togo

0
267
Photo: Brigitte Kaffui Adjamagbo Johnson, coordonnatrice de WILDAF-Togo

D’après une Étude de l’OMS en 2011, 16 million d’adolescentes d’entre 15 et 19 ans accouchent chaque année dans le monde et l’UNFPA va confirmer en 2017 que 95% des naissances surviennent dans les pays en développement.

Au Togo, des projections démographiques réalisées en 2018 révèlent que la santé des adolescents qui représentent 24% de la population du pays est essentiellement caractérisée par des grossesses précoces et non désirées, des rapports sexuels non protégés, le mutipartenariat, une forte prévalence du VIH/SIDA ainsi que des avortements provoqués et clandestins.

En vue de lutter efficacement contre cet état de choses dans le pays, deux organisations de la société civile que sont WILDAF-AO et ATBEF ont lancé mardi 11 juin 2019 à Lomé le projet ” prévenir les violences sexistes et les violations des droits sexuels et reproductifs des adolescentes pour réduire les grossesses précoces au Togo”.

Pendant les 36 prochains mois, il est spécifiquement question  pour les promoteurs d’œuvrer sur 3 principaux axes dans le cadre de l’exécution de ce projet.

Ainsi, les acteurs de l’initiative dont la mise en œuvre concerne les préfectures de l’Ogou et de Kloto s’attacheront  à documenter sur les facteurs explicatifs des grossesses chez adolescentes, à déterminer comment et dans quelles mesures multiformes pour prévenir et pour lutter contre les grossesses précoces intègrent-elles  la multiplicité des facteurs et conséquences des violences basées sur le genre et enfin développer, tester et valider un modèle intégré de lutte et de prévention des grossesses précoces qui prend en compte les violences basées sur le genre et contribuer à la réalisation de la santé et des droits sexuels et de reproduction des adolescentes.

La mission assignée à une telle démarche à en croire les tenants est de proposer des voies et moyens dans l’optique d’améliorer la santé et les droits sexuels et reproductifs des adolescentes dans le pays. “Dans l’esprit de lutter contre ce phénomène et de promouvoir une culture saine de la santé sexuelle et reproductive des adolescents, ce projet intervient pour proposer un modèle intégré des réponses aux grossesses des adolescentes qui tiennent compte des violences basées sur le genre au Togo”, a partagé Brigitte Kaffui Adjamagbo-Johnson, Coordinatrice de WILDAF-Togo.

Notons qu’un à partir de ce 11 juin et jusqu’au 13 juin prochain, un atelier a cours à Lomé relativement à l’harmonisation des méthodologies dans le cadre des activités de ce projet.

Dieudonné Messan

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here