Libre circulation des biens et des personnes dans l’espace CEDEAO, le GF2D forme des acteurs et plaide pour l’adoption de la carte d’identité biométrique au Togo

0
107
(Photo) Ouverture des travaux

Il sont des leaders communautaires, des conducteurs, des membres de syndicats de commerçants, des transitaires, des professionnels de média à prendre part à une formation portant à partir de vendredi 30 août 2019 sur  “les principes de la mobilité transfrontalière et les procédures douanières aux postes de Kodjoviakopé, Sanvée Condji et Cinkassé”.

Avec pour objectif d’accroître les connaissances des participants pour une meilleure fluidité  des échanges et un développement du commerce dans l’espace CEDEAO,  la session de renforcement de capacités qui réunit une quarantaine des acteurs précités intervient dans le cadre du projet ” Promotion d’une citoyenneté communautaire à travers la sensibilisation sur la carte biométrique et la lutte contre les tracasseries aux postes frontaliers du Togo”, projet porté par le Groupe de Réflexion et d’action Femme Démocratie et Développement (GF2D).

La mise en oeuvre de Ce projet selon les initiateurs rentre dans le cadre global du projet d’appui à la libre circulation des personnes  et la migration en Afrique de l’ouest visant à maximiser le potentiel de développement de la sous-région par le biais du protocole de la CEDEAO sur la libre circulation de personnes et des biens mis à mal par des pratiques dénoncées comme étant des freins à son effectivité.

Selon les premières responsables du GF2D, une Etude réalisée en 2017 sur le sujet révèle que 61,5% des usagers méconnaissent ce protocole notamment au poste de Kodjoviakopé (51,1%) et Sanvée Condji (51,0%).

Spécifiquement, Il est donc question pour le GF2D appuyé par ses partenaires notamment l’Organisation Internationale de Migration (OIM) et la Commission de la CEDEAO à travers cette Formation de deux jours  de former les acteurs sur les principes de libre circulation des personnes, le droit de résidence et d’établissement dans l’espace CEDEAO et de relever les difficultés rencontrées dans la mobilité et le commerce transfrontalier notamment les rackettes systématiques, la saisie de marchandises, les retards dans le transport des marchandises ainsi que les violences physiques et harcèlement de tout genre aux postes frontaliers.

Aussi, tout en espérant des recommandations à l’issu de ces deux jours de travaux,  les premières responsables du GF2D qui plaident pour l’adoption par l’État togolais de la carte d’identité biométrique comptent aller au delà de cette formation et sensibiliser les populations.”Cette formation sera suivie des activités de sensibilisation de la population pour une appropriation du protocole de la CEDEAO sur la libre circulation de personnes et des biens ainsi que la mise en place d’un comité de surveillance locaux aux postes de Sanvée Condji, Kodjoviacopé et Cinkasse“, a partagé la Secrétaire Générale du GF2D, Michèle Noussoessi Aguey.

Reporterdafrique

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here