Au Togo cet homme a la tête fracassée par un policier

0
861
Photo: Illustration

Les agents de sécurité, éléments intégrants de la machine sécuritaire destinée à protéger les citoyens contre toutes formes d’agressions s’adonnent à de sale boulot au Togo et sabotent ainsi le dispositif sécuritaire du pays.

Ces derniers temps où les éléments du Ministre YARK Damehame en charge de la sécurité et de la protection civile sont plus sensés à jouer leur rôle avec diligence du fait des braquages à répétition, certains parmi eux ont choisi par goût du gain facile de racketter les pauvres citoyens de jour comme de nuit dans la circulation, créant le désordre par endroit.

Ils sont nombreux ces togolais usagers de la route à se pleindre du comportement de corps habillés qui en lieu et place de leur mission de sécurité et de protection des populations, s’adonnent plutôt à collecter des billets de banques pour une raison ou pour une autre avec des comportements similaires à ceux de vulgaires bandits de chemins.

Selon des témoignages de victimes, certains agents de sécurité n’hésitent plus à violenter des motocyclistes à l’aide de gourdin, cordelette ou encore d’une partie de leur arme pour obliger celui-ci à obtempérer lors qu’ils lui demandent les pièces de son engin dans la rue. “Au lieu que ces éléments contrôlent les pièces des engins, ils préfèrent contrôler des billets de banques des usagers de la route, ce qui fait que ceux qui les aperçoivent plus tôt se détournent de leur chemin”, a déploré un usager de la route.

Lundi dernier à Adjidogomé, un quartier périphérique de la capitale togolaise, un citoyen a encore fait les frais de ces agents indélicats aux environs de 21h.

Les forces de sécurités étaient à l’œuvre dans ce quartier précisément au lieu-dit Attigagomé quand deux individus sont tombés dans leurs filets. “Arrivés au niveau des agents, ils ont voulu les feinter, peine perdu pour eux. Dans leur tentative, un des agents avec la crosse de sa mitraillette fracasse la tête de celui qui est derrière la moto. Le sang gicla accompagné d’une partie du cerveau. La victime baigna dans le sang. Désemparés et pris de remords, les soldats qui ne savaient pas à quel sain se vouer ont dans un premier temps pris la fuite avant de revenir sur leur pied. Finalement, un des forces de sécurités était obligé d’enlever l’habit qu’il portait en dessous de son treillis pour bander le front de la victime”, rapporte un témoin.

Alertés, les sapeurs-pompiers avaient mis du temps à rallier les lieux et aucun  taxi, vu l’état de la victime ne voulait la transporter. Finalement une bonne volonté s’est résolue à l’amener dans sa voiture au CHU dans un état très critique. Selon beaucoup des témoins, son pronostic vital est très engagé.

Reporterdafrique

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here